Pensées… intimement… photographiques ou ‘carnet météo d’une âme' reflètent la texture de mes émotions …
Une écriture poétique, une atmosphère cinématographique… en suspension…
J’aime photographier  le mystère et la beauté d’un instant brut, l'arrêt du temps parfois contemplatif, brumeux, vaporeux …
Je me suis amusée à y dé-poser Mes mots… donnant ainsi naissance à des courts-métrages… photographiques….



Texte Thierry Grillet_ (texte d’introduction lors de l’exposition ‘Matière d’air’  à la Galerie Duvivier- en 2013)

  ‘Peindre l’air’ tel était le mot d’ordre des impressionnistes. Il pourrait bien être celui de sandraConan dont les photos donnent le sentiment de restituer, paradoxalement, la matière de l’air.

Ces images, qui sont comme le carnet météo d’une âme, ont en commun de mettre en scène justement non pas l’espace - qui englobe tout - mais l‘espacement, ce néant d’oxygène qui existe "entre" les choses.  Là où règne le rien sur fond duquel surgit quelque chose.

"Pourquoi quelque chose plutôt que rien ?", demandait le philosophe.

La photographe paraît  répondre "pourquoi pas le rien comme quelque chose". Et c’est cette métaphysique de l’intervalle qui fascine dans ces photos.

Bien sur, les apparitions - souvent lointaines ou perdues dans le champ - dramatisent le coup d’œil et lui donnent cette patte mélancolique, un peu Durassienne (peut être l’Asie des moussons) où le monde parait en attente et comme perdu.

Mais c’est comme pour contribuer à inverser les flux de l’attention. Ce ne sont pas les "sujets" qui retiennent  mais cette masse épaisse d’air qui les entoure.

Thierry Grillet

Directeur des affaires culturelles à la bnf



Top